Un pour un

Pourquoi les expériences sensorielles sont-elles si importantes dès le début ?

Tout commence avec l’exploration sensorielle !
On ne pense peut-être pas au toucher autant qu’aux autres sens, mais il est la clé de la survie pour les tout-petits. Contrairement aux adultes, qui comptent beaucoup plus sur leur vue et leur ouïe, les bébés dépendent du toucher pour savoir quand ils sont en danger, et surtout quand ils sont dans un environnement aimant et sûr.

Pourquoi voulons-nous que les familles achètent ces produits pour leurs enfants ?
Parce que les produits ELVA se consacrent à mettre en pratique ce que la recherche scientifique a découvert sur le développement sensoriel : les enfants ont besoin d’expériences tactiles pour bien développer leur système somatosensoriel.

Somato-quoi ?!
Autrement dit, c’est le réseau de récepteurs tactiles présents dans tout le corps humain qui envoient l’information du point de contact au cerveau. Ces informations produisent aussi des réponses émotionnelles qui se renforcent au fur et à mesure qu’elles se répètent. Plus un bébé associe les textures douillettes comme celles des accessoires ELVA avec contentement et confort, plus il sera content la prochaine fois qu’il tiendra le même objet adoré dans ses bras.

Qu’est-ce qui rend un produit ELVA exceptionnel ?
En bref : ses bulles ! Nos accessoires sont plein de bulles irrésistiblement molles de 6mm chaque.

Qu’est-ce que ça change ?
Nos produits trouvent l’équilibre idéal entre la densité des bulles et le tissu moelleux de la peluche, donnant à votre bébé l’expérience la plus douce et enveloppante possible.

Pourquoi maintenant ?
Le cerveau est un des organes qui va le plus se développer au cours de la croissance de l’enfant. Mesurant environ le quart de la taille d’un cerveau adulte à la naissance, le cerveau de l’enfant aura déjà grandi de 80 % à l’âge de trois ans. Pendant cette période de croissance, les jeux et associations sensorielles représentent une grande partie des acquisitions faisant partie du développement de l’enfant. Plus on encourage ces activités tôt, plus on met leur système nerveux sur la bonne voie pour la vie !

Pourquoi ELVA fait des dons

Il est facile d’oublier que tout le monde n’a pas notre chance, et d’ignorer l’ampleur de la pauvreté à laquelle sont confrontées de si nombreuses familles quotidiennement. Les parents, et surtout les mères, qui se battent pour pourvoir aux besoins de leurs enfants, connaissent trop bien les implications sociales navrantes que peut avoir la pauvreté dans l’enfance, quand il est difficile de répondre aux besoins basiques tels que la santé et l’éducation.

Notre partenaire Paris Tout P’tits est une association qui offre de l’aide ainsi que du soutien matériel à des familles vulnérables et leurs jeunes enfants. Chez ELVA, nous nous engageons à faire don d’un de nos produits à Paris Tout P’tits pour chaque produit acheté. Même si un doudou n’est pas un objet de première nécessité pour une famille dans le besoin, nous sommes convaincus qu’il ne faut rien négliger qui puisse contribuer à améliorer le bien-être d’un enfant.

Pour en savoir plus sur le travail important de Paris Tout P’tits ou pour leur faire un don, cliquez ici.

Combien pouvons-nous économiser ?

Tous les produits d’ELVA sont fait à 100% de rPET, c’est à dire du plastique PET recyclé. Au premier coup d’œil, cela peut sembler un peu étrange, mais nous vous assurons que cela a beaucoup de sens.
Comme vous le savez peut-être, tout matériel en polyester est fait de pétrole brut. C’est aussi le cas de toutes les bouteilles en plastique. Nous considérons que récupérer, transformer et réutiliser ces bouteilles est non seulement un moyen d’économiser les ressources limitées de notre planète, mais aussi notre manière d’empêcher l’accumulation de plastique dans les mers et océans du monde.

Imaginez : 8 millions de tonnes de plastique finissent dans nos océans chaque année !
C’est l’équivalent de 5 bennes pleines de plastique pour chaque mètre carré de littoral dans le monde entier.

C’est un problème grave, mais même les actes relativement petits peuvent faire une grande différence. Notre première collection ELVA a réussi à elle seule à éviter l’enfouissement ou le déversement dans l’océan d’environ 55.900 bouteilles.

Ce problème climatique va malheureusement être transmis à nos enfants, donc faisons de notre mieux pour le réduire autant que possible ! Ensemble, nous pouvons recycler encore plus de bouteilles PET et en faire des objets sûrs, durables et innovants pour nos enfants.

Le molleton rPET a une empreinte carbone 30% plus basse que le molleton en polyester vierge et 50% plus basse qu’en coton organique.
Ah ! C’est sans danger pour mon enfant ?
En bref : oui ! ELVA est bien certifié par…
OEKO-TEX 100
La certification OEKO-TEX (prononcé écho-tex) est un système indépendant d’analyse de textiles bruts tout au long de la production. Cette analyse en laboratoire prend en compte 100 substances nocives classées en plusieurs catégories, y compris substances illégales, substances reconnues comme nocives et régulées par la loi (mais pas encore produits chimiques régulés), ainsi que d’autres paramètres pertinents à la santé et à la médecine.

REACH : Registration, Evaluation, Authorisation and Restriction of Chemicals (« Enregistrement, évaluation, autorisation et restriction des substances chimiques ») est une réglementation communautaire de l’UE qui date du 18 décembre 2006 et est en vigueur depuis le 1 juin 2007. REACH a établi des normes sur la production et l’utilisation de produits chimiques, surtout concernant leur impact sur la santé humaine et l’environnement.
ELVA est certifié par le programme de certification REACH d’Intertek, ce qui fournit un certificat de conformité. Le certificat confirme qu’un produit a été examiné par un tiers pour sa conformité REACH et que cette conformité est facile à retrouver et vérifier.

*rPET signifie Recycled Polyethylene Terephthalate (« Polytéréphthalate d’éthylène recyclé »). Ce matériel peut être fabriqué à partir d’objets PET recyclés après consommation, comme dans le cas de bouteilles et d’autres objets thermoformés, ou bien de matériel PET recyclé après utilisation industrielle. Le matériel que nous utilisons est fabriqué avec des objets post-consommation qui est ensuite lavé et réduit en éclats, puis extrudé et filé en polyester.

Psitt ! Voulez-vous en savoir plus ?

Voici un extrait d’un article publié par The Soft Landing :

La vérité sur les produits chimiques toxiques dans les vêtements pour enfants :
Selon l’Organic Trade Association (l’Association de commerce biologique),

« Le coton est considéré comme étant la culture la plus ‘sale’ du monde à cause de son utilisation d’insecticides, la catégorie de pesticide la plus dangereuse pour la santé humaine et animale. Le coton couvre 2,5% de terre cultivée dans le monde, mais il utilise 16% des insecticides du monde, plus que toute autre culture.
Aldicarb, parathion et methamidopho, trois des insecticides nommés par l’Organisation mondiale de la santé comme les plus gravement dangereux pour la santé humaine, sont tous les trois sur la liste des dix insecticides les plus utilisés dans la production de coton. »

Ces produits chimiques sont non seulement nocifs pour les personnes portant des vêtements qui les contiennent, mais aussi pour les cultivateurs et la terre.

« Il y a plus de 8.000 produits chimiques utilisés dans l’industrie textile, et c’est un chiffre fou. Nous sommes tellement préoccupés par les produits chimiques que nous ingérons, mais les gens ne réalisent pas que la peau étant le plus grand organe, elle absorbe tout ce qui entre en contact avec elle. »

– Dr. Saman Soleymani

Sous les régulations de l’USDA (United States Department of Agriculture : « Ministère de l’agriculture des États-Unis »), un fabricant de vêtements peut commencer sa production avec du coton bio certifié, puis le traiter avec de l’eau de Javel, l’enduire avec des produits chimiques antibactériens en nanoparticules, le teindre avec des métaux lourds, et le tremper en traitement final de formaldéhyde, et il bénéficiera quand même de l’appellation « coton biologique ». De plus, le vêtement ne doit même pas être constitué de 100% fibres biologiques pour avoir cette appellation : il peut légalement être étiqueté « coton biologique » même en étant un mélange de matériaux bio et non-bio.